La Radio Intelligente
  1. Bienvenue
  2. UCG
Bienvenue à la Radio Intelligente...
ASCENDE SUPERIUS
next
prev

« Les élections locales et municipales restent la seule voie pour la population de reprendre sa destinée», croit Rufin Kitoko Secrétaire National Adjoint de Congo Na Biso

| |
Écrit par Web Master

Les populations qui ont été privées de voter à la présidentielle en décembre 2018 devraient être rétablies dans leurs droits de se choisir leurs dirigeants à la base. C’est ce que plaide Congo Na Biso, parti politique du Professeur Freddy Matungulu prochain coordonateur de LAMUKA.

Monsieur Rufin Kitoko, Secrétaire National Adjoint de Congo Na Biso en charge de la communication invite les habitants de la province du Nord-Kivu à s’approprier la pétition de la CENCO réclamant l’organisation des élections locales et municipales. « Les populations de Beni, Butembo et Yumbi ont été injustement privées de leur droit de voter à la présidentielle de décembre 2018. Les seules élections susceptibles de ramener le pouvoir à la base ce sont les élections locales et municipales. J’invite ces populations à s’approprier la pétition de la CENCO qui a déjà fait le premier pas », explique   Rufin Kitoko.

Face aux récentes polémiques qui ont agité l’opinion publique sur la cohésion même de Lamuka, Ruffin Kitoko tient à rappeler que cette coalition ne se définit pas par les leaders politiques qui la composent.

« Lamuka appartient au peuple congolais. Il s’agit d’un état d’esprit. Ses leaders ne sont que des ambassadeurs, des défenseurs des intérêts du peuple. Les leaders mènent leur combat au nom de la population, on ne  peut pas réduire Lamuka à leurs personnes » fait savoir Ruffin Kitoko au cours d’une interview téléphonique avec La Voix de l’Université Catholique du Graben.

S’intégrant dans la ligne de son président, Freddy Matungulu, un des leaders fondateurs de Lamuka, Ruffin Kitoko dénonce les arrêts rendus par la Cour constitutionnelle en défaveur d’une partie de députés de Lamuka dans le cadre de réparation des erreurs matérielles, survenues lors de l’examen de recours des élus invalidés. Il les qualifie tout simplement de flatteurs. En ce qui est du départ de Bahati  Lukwebo du FCC, Rufin Kitoko  fait savoir qu’il s’agit d’un non événement pour la coalition LAMUKA. Cette coalition n’est pas prête à accueillir un nouvel infiltré, conclu-t-il.