La Radio Intelligente
  1. Bienvenue
  2. UCG
Bienvenue à la Radio Intelligente...
ASCENDE SUPERIUS
next
prev

RDC-Ebola : Polémique entre MSF et Ministère de la Santé autour de l’implication de l’armée et la police dans la riposte

| |
Écrit par Web Master

L’équipe de  riposte à Ebola à Beni Butembo  ne parvient pas à maîtriser l’épidémie. L'ONG Médecins sans frontières, MSF  impute cet échec à la militarisation de la réponse et au manque de confiance des communautés affectées, dans un communiqué, jeudi 7 mars. Par contre le Ministère de la santé  qui dirige la lutte contre Ebola réponds et fait savoir que les militaires et les policiers ne sont jamais impliqués dans la riposte.

Dans son bulletin de ce même  jeudi mars la direction générale de lutte contre Ebola tente de justifier le  rôle de la sécurité dans les zones touchées par l’épidémie d’Ebola.  Selon ce document, il semble qu’il y ait une incompréhension quant au rôle des forces de l’ordre dans les zones touchées par l’épidémie d’Ebola. La police et l’armée ne sont pas impliquées dans les activités de riposte contre Ebola et leur rôle n’a jamais été de forcer le respect des mesures sanitaires, poursuit le bulletin.   Compte tenu des nombreux incidents sécuritaires contre les agents de la riposte mais aussi contre les familles et membres de la communauté qui adhèrent à la riposte, le Ministère de la Santé a demandé au Ministère de l’Intérieur d’assurer la sécurité des biens et des personnes dans la région. Il est inacceptable que des agents de santé se fassent menacer et agresser dans le cadre de leur travail,  explique la direction générale de lutte contre Ebola. Tout comme, il est inacceptable que des familles se voient empêchées d’enterrer de façon digne et sécurisée leur proche à cause de groupes d’inciviques.  Les agents de santé locaux n’ayant pas, eux, le privilège d’être exfiltrés lorsque les conditions sécuritaires se dégradent, la direction générale de lutte contre Ebola estime qu’il est nécessaire de renforcer la sécurité pour permettre le bon déroulement de la riposte. En outre, depuis l’arrivée des équipes de riposte au Nord-Kivu en août 2018, l’amélioration de la situation sécuritaire dans la région est une demande permanente de la population, explique le bulletin. Le retour de la sécurité est, d’ailleurs, l’une des conditions émises par MSF pour revenir à Butembo et Katwa. Retenez que les deux  Centres de Traitement d’Ebola vandalisés à Butembo sont passés sous la sécurité effective de l’armée et de la police  après leur incendie criminel par des présumés miliciens Mai-Mai.  Avant l’attaque les humanitaires s’opposaient à toute présence militaire et policière au CTE, confie une source policière à La Voix de l’UCG.