La Radio Intelligente
  1. Bienvenue
  2. UCG
Bienvenue à la Radio Intelligente...
ASCENDE SUPERIUS
next
prev

Insécurité à Beni : Des femmes de Butembo donnent au maire un colis d’habits intimes en signe de protestation contre les massacres

| |
Écrit par Web Master

Scandale  à l’issue d’une marche organisée le jeudi 27 septembre 2018 par des femmes à Butembo. Alors qu’elles venaient de tenir un meeting au rond point du Monument Historique, les manifestantes ont chuté à  la mairie où un mémo à été lu. Contre toute attente, ces femmes  appartenant à la plateforme dénommée Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance, DYFEGOU ont remis  au protocole d'Etat de la Mairie un présent surprenant. Il s'agit des sous vêtements, des soutiens et des linges déjà utilisés.

Le maire et son protocole ont dénoncé cet acte qu'ils qualifient d’immoral. Même son de cloche du coté du bourgmestre de Kimemi Gilbert Bwambale. ‘‘ Une dame, après son défilé, est venue déposer des sous vêtements déchirés, des singlets, des linges, probablement déjà utilisés au nom de la conservation de la culture Nande. Nous ne devons pas toléré ces genres des pratiques. Cela n’est jamais arrivé depuis que cette ville existe, même du temps de Romain Matokeo.’’ La DYFEGOU à la base de cette action dénonce et parle plutôt d’une campagne d’intoxication à son encontre. Rose Tuombeane, Présidente de cette structure fait savoir que dans le colis critiqué par le protocole d’Etat ne se trouvait pas seulement les habits intimes mais aussi tant d’autres vêtements. Chacune des manifestantes était appelée à apporter en signe de protestation contre l’insécurité à Beni, un habit de son choix, a-t-elle clamé à la Voix de l’UCG. ‘‘ Je suis désolée que les autorités n’aient vues que les habits intimes, oubliant aussi d’autres catégories d’habits qui étaient là. Je me demande c’est quoi finalement. Je crois ce qui pouvait intéresser l’autorité, c’est le message exprimé qui montre que nous sommes fatigué par les massacres.’’ Signalons que le colis controversé à été jeté par le protocole d’Etat de la mairie avant qu'il ne parvienne à l'autorité urbaine.